Le Traversier, Revue Littéraire
Actualités Qui sommes nous ? S’abonner Sélection de textes parus Publications Liens
Accueil > Sélection de textes parus > Textes primés du concours "à haute voix" > Troisième prix : Valérie Prot pour "La crise de la vocation"

Troisième prix : Valérie Prot pour "La crise de la vocation"

Texte proposé par Valérie Prot

Ce matin, je n’avais pas envie d’accompagner Maman, mais ce n’est pas le moment de la contrarier. En décembre avec Noël qui approche, il vaut mieux la jouer stratégique comme dit le nouveau de la classe qui est drôlement fort aux échecs, le lundi après la cantine.
J’étais assis à côté de Maman et j’essayais de me tenir correctement. Il faut dire qu’à la messe, c’est toujours le même qui fait des discours, alors, en attendant la fin, j’ai regardé autour de moi.
La dame qui sent le produit que Papa met pour tuer les mites avait sorti ses gros bijoux brillants. Elle a presque le même collier que les chanteuses de quand Mamie allait au bal.
Avec Mamie, c’est simple, chaque fois qu’elle faisait quelque chose, c’était « à l’époque », c’est-à-dire dans les années « à l’époque ».
Le collier de la dame, c’est comme de la chaîne de vélo dorée mais sans graisse. Elle sent bizarre mais elle est gentille.
Ma voisine de banc, c’est différent. J’ai vu des pattes de bête sur son épaule. Des pattes qui m’auraient sauté dessus si elles avaient été vivantes. C’était un peu comme les animaux écrasés sur la route quand on traverse la forêt : tout raplapla.
Au bout d’un moment, il a fallu se lever. J’ai fait comme les autres. Ma voisine a collé ses mains sous son menton pour prier. Elle s’y connaît en messe, elle sait exactement ce qu’il faut faire. J’ai fait pareil. J’ai monté mes mains jointes un peu au-dessus de mon nez, j’ai fermé un œil et là, c’est comme si j’avais eu un viseur. J’ai replié tous mes doigts sauf le majeur et j’ai visé une croix accrochée au mur. Un vrai flingue, mieux que les cow-boys. En plein dans le mille.
Je n’ai pas eu le temps de finir. Maman m’a mis un coup de coude. Dommage, j’étais pourtant certain de dégommer tout le chemin de croix. Alors, pour me concentrer, j’ai pensé à Noël.
Hier, j’ai fait la crèche. L’an dernier j’avais cassé des personnages en plâtre, alors, j’ai pris un Playmobile pompier pour faire Joseph. Papa dit qu’il est un peu moderne, mais je trouve que ça ne se voit pas trop, en tout cas moins que l’âne qui a perdu une patte, en plus, c’est mieux qu’un santon car lui, il bouge les bras.
La musique a commencé. C’est une mamie qui joue de l’orgue avec les pédales. Sa robe remonte un peu et comme j’étais dans l’axe, j’ai vu ses chaussettes en nylon. J’avais envie de rire mais je la trouvais moins laide que l’autre avec son ragondin autour du cou.
Ce matin, c’était un nouveau curé, encore plus vieux que l’autre. Celui de d’habitude a une voiture et dès que la messe est terminée, il part au triple galop dans un autre village pour dire la même chose.
L’autre jour, Maman regardait un reportage sur le mariage des prêtres. Elle dit que s’ils avaient le droit de se marier, il y aurait davantage de vocations. Maman a raison car à l’école, on a étudié la reproduction avec les poules même que la maîtresse s’est fâchée parce que tout le monde rigolait alors que ce n’était pas drôle.
On voyait bien que la maîtresse n’avait pas envie de passer sa journée sur la reproduction. Elle était tellement en colère qu’on a fait des tours en courant dans la cour au lieu d’« éveil ». Donc, c’est vrai que maman a raison car j’ai bien compris que si les prêtres ne se mariaient pas, eh bien ils ne pourraient pas se reproduire et qu’à la fin, il n’y aurait plus de prêtres.
Le moment de prier est arrivé encore une fois. Prier, ça me repose mais parfois, je me demande si Dieu a les mêmes super-pouvoirs que Superman. Je sais que c’est un personnage un peu pour les gamins mais je ne veux pas vendre le mien à la brocante. Je préfère vendre les vieilles poupées de Maman. Je gagne de l’argent et je garde mes jouets. J’aime bien les retrouver par hasard quand Maman se met en colère et me dit de ranger ma chambre.
Le prêtre nous a demandé de prier pour notre Évêque et notre Pape. J’adore sa Bat-Mobile même si on dit une Papamobile, c’est la même que Batman. Je crois bien que le Pape c’est le papy du petit Jésus.
Quand on arrive au corps du Christ c’est qu’on va bientôt partir acheter des pâtisseries que je dois bien faire attention de pas renverser mais qui sont ratatinées quand Papa ouvre la boite en carton.
On a chanté une dernière chanson mais que les deux premiers couplets à cause de la crise de la vocation. Je me suis dit que prêtre, ça me plairait bien comme métier mais je crois qu’ils n’ont pas beaucoup de vacances et qu’ils ne sont pas trop bien payés alors, je vais faire pilote.

| Plan du site