Le Traversier, Revue Littéraire
Accueil > Accueil

LE TRAVERSIER

Le Traversier : Ferry à forme symétrique destiné à relier les rives d’un fleuve ou d’un bras de mer.

Et pourquoi pas, s’agissant du titre d’une revue littéraire, Le traversier destiné à transporter des textes des ténèbres à la clarté, de l’obscurité au visible, de l’anonymat à la notoriété.

Revue de création littéraire à parution trimestrielle qui se donne pour objectif de promouvoir des textes courts, Le Traversier souhaite la bienvenue à toutes les plumes bien trempées !

Citation

« Les passions sont les vents qui enflent les voiles du navire ; elles le submergent quelquefois, mais sans elles il ne pourrait voguer. »

Voltaire

Les points forts du N°41

Ont participé à ce numéro : Laurent Baudinot - Ghislaine Cassiat - Marie-France Leclercq - Jean-Pierre Leroy - Peggy Malleret - Bernard Marsigny - Maryse Perrot - P.E. Cayral - France Jousseaume - Alain Lafaurie - Marie-Thérèse Lefort - Joëlle Le Montagner - Pierre Mangin - Arlette Millard - Bertrand Ruault

L’éditorial de Bertrand Ruault

texte de Bertrand Ruault

La rumeur est ce bruit qui se répand dont l’origine et la véracité sont incertaines. « Harry n’est pas le fils du prince Charles, Michael Jackson est toujours vivant contrairement à Paul McCartney qui est mort dans un accident de voiture en 1966 ». Désormais, les réseaux sociaux relayent l’ancestral mais efficace bouche à oreille.
Comment naissent les rumeurs ? Nécessairement, quelqu’un crée au départ ce murmure. Je rêve de fabriquer mes propres fausses nouvelles et de braver par la même occasion les conseils de Victor Hugo :
Jeunes gens, prenez garde aux choses que vous dites.
Tout peut sortir d’un mot qu’en passant vous perdîtes.
Les tensions internationales ont fait passer sous silence la promulgation de la loi Traversier, dispositif de la loi de finance française inscrit dans le Code général des impôts, permettant une déduction fiscale conséquente à un auteur envoyant des manuscrits à des journaux littéraires.
A l’heure où j’écris, le comité de lecture hésite à publier un texte ayant pour thème la désertification des centres-villes intitulé la rue meurt. Enfin, à ce qu’il paraît…

| Plan du site