Le Traversier, Revue Littéraire

Quand détente devient cauchemar (revue35)

Texte proposé par Peggy Malleret

Un été pluvieux comme souvent en Normandie. Tous les jours, nous espérons voir le soleil, mais il a décidé de ne pas franchir la Loire ! Nous ne regardons même plus la météo à la télévision. Cette France coupée en deux nous déprime.

Pour nous remonter le moral, mes sœurs et moi participons à un cours d’aérobic qui se révèle très sympathique, mais épuisant. Le Blue tango restera à jamais lié à la série d’abdos !

Papa, passionné de golf, continue vaillamment ses parcours malgré le mauvais temps.

Maman attend depuis longtemps ces moments délicieux où installée sur une chaise longue, les pieds dans le sable, elle pourra assouvir sa soif de lecture à l’ombre d’une tente. Il n’y a pas de tente et ce sont les pieds sur le tapis du salon que maman lit.
Un matin, elle décide de suivre une cure de thalassothérapie, une remise en forme.

Le premier jour, elle en revient toute guillerette, revigorée et se fichant éperdument de l’interminable gris du ciel.

C’est le deuxième jour que l’évènement a lieu.

Après le bain de boue, la douche à jet. Ce soin consiste en une projection d’eau marine sous haute pression sur chaque partie du corps. Il se pratique individuellement, sans maillot, dans une cabine. Le patient se tient debout, de face, de dos ou sur le côté. L’hydrothérapeute se charge de la projection de l’eau. Là, tout se gâte ! Maman est donc nue, dos au mur lorsqu’arrive l’hydrothérapeute.

- Oh, madame Renan ! Incroyable de vous retrouver ici ! Vous êtes avec vos filles ? Comment va Nicole ? J’aimerais bien la revoir, il y a si longtemps. Vous savez, j’étais très amoureux d’elle.

Déstabilisée devant cet ancien ami de sa fille, Maman ne sait quelle contenance prendre malgré son air de Vénus sortant des ondes, une main cachant sa poitrine et l’autre son sexe.

- Je suis vraiment content de vous voir ! Je vais vous faire un super soin, et tant pis si on déborde sur le temps ! Et bla bla bla et bla bla bla comme s’ils étaient à la terrasse d’un café.

Dans un état de gêne incommensurable, mais le mal étant déjà fait, Maman pense qu’elle attirera moins l’attention si elle ne se sauve pas. Résignée, elle subit.
Le jeune homme, tout content de la revoir, s’applique. Il veut lui prouver son professionnalisme. L’important est de bien diriger le jet pour qu’il soit efficace. La nudité, il ne la voit plus.

- Pouvez-vous vous tourner sur le côté maintenant. Levez bien le bras. Merci. Je n’ai pas encore envie de me stabiliser. Je me suis lancé dans un tour de France des thalassos, un peu comme les Compagnons, ensuite je choisirai. Parlez-moi de Nicole. Qu’est-ce qu’elle fait ? Tournez-vous de l’autre côté s’il vous plaît.

Le bruit de l’eau est si fort qu’il faut hurler pour se comprendre. Maman répond du bout des lèvres en attendant la fin de son cauchemar.

- De dos maintenant s’il vous plaît. Vous vous sentirez toute détendue après. Sans doute un peu fatiguée, il faudra vous reposer.
Voilà, c’est parfait.

Maman pousse un soupir de soulagement pensant son supplice terminé, lorsque le thérapeute lui propose, comme promis au début de la séance :

- Il y a un nouveau jet qui n’est pas dans ce traitement et dont je voudrais vous faire profiter. Il fera partie du super soin que je voulais vous offrir. Je suis tellement content de vous voir ! J’ai des souvenirs si heureux lorsque Nicole et moi étions au lycée, en particulier les délicieux gâteaux que nous dégustions chez vous.
- C’est gentil, je suis très touchée, mais la séance a été absolument parfaite. Merci, je dois vraiment rentrer maintenant.
- Dommage…Vous êtes sûre ? Ce n’est pas long.
- Je suis sûre.

Pendant que maman se jette sur son peignoir :

- Embrassez Nicole.
Je vous laisse ma carte à l’accueil. Demandez-moi la prochaine fois.

| Plan du site